L'argent de la magie (Sonstiges Projekt)


Allgemeine Angaben

Projektbeginn
Sonntag, 27. März 2016
Projektende
Dienstag, 31. Mai 2016
Status
abgeschlossen
Thematik nach Sprachen
Französisch
Disziplin(en)
Literaturwissenschaft
Schlagwörter
Fiktion

Aktiv beteiligte Person(en)

(z.B. Kooperation, Mitarbeiter, Fellows)

Aristhide Nyamsi


Exposé

L’auteur de cette oeuvre romanesque relate une histoire qui n’a pas existée: c’est une fiction liée à l’absurdité de la société croyant aux effets magiques de la réussite sociale ainsi qu’ économique.

Cette fiction se déroule dans une ville de l’ Afrique équatoriale: c’ est une ville portuaire qui attire les contes et les fées. Cette ville s’appelle Douala, est située à l’embouchûre du fleuve Wouri à l’ océan Atlantique: C’ est une ville stratégique l’économie camerounaise, laquelle bénéficie de la situation portuaire de Douala pour son éxistence. Douala est la ville cosmopolite qui attire aussi les malfrats de tout calibre.
Ce roman fictif met en éxergue les croyances magiques susceptibles d’ accéder à la richesse, aux succès académiques, à la réussite professionelle, au bonheur, à la consolidation de son marriage, à l’envoûtement, aux préparations de charmes pour les amantes et amants.

Dan cette oeuvre romanesque , l’ auteur raconte une fiction basée sur les réalités des traditions d’ afrique équatoriale. Ici l’ auteur montre comment un marchand naif s’ est fait extorquer une somme de 150000 FCFA par sa croyance à la magie. Ce commerçant s’ appelle Ferdinand Tabo et excèle dans le commerce en détail de vivres fruitiers au Marché Centrale de Nouveau Bell de la ville de Douala. Il souhaitait faire fructifier son fond de commerce avec l’aide de la magie, laquelle est prodiguée par un escroc patenté nommé Thomas Batouko. Ce dernié est aidé par son complice, Justin Tabouko, qui en fait n’ est que le voisin du marchand Ferdinand Tabo.

Dans fiction, l’ auteur relate la naiveté du marchand, laquelle est décrite par les propos de l’ officier de police judiciaire Alain Nan, qui est l’ enquêteur au dudit délit criminel au Commisariat du quartier Soleil. L ’ officier de police a convaincu le plaignant Ferdinand Tabo d’ abandonner les démarches judiciaires permettant de traduire les malfrats Justin Tabouko et Thomas Batouko devant la justice, parce qu’il n’ y avait pas de preuves tangibles permettant de les inculper pour délit d’escroquerie. L ‘auteur montre les limites de la justice sociale , car l’ officier de police représentant l’ Etat de Droit, reconnait son incapacité d’ aider le plaignant, lequel voulait déposer un procès verbal contre X pour délit d’ escroquerie.
L’ absurdité qui caractérise la volonté d’ enrichissement du commerçant par les moyens magiques fait partie de la culture des peuples du bassin du Congo, lesquels croient aux vertus positives de la magie, qui leur permettra de résoudre leurs problemes quotidiens. L’ officier de police prédit à la fin que les auteurs de ce délit criminel seront punis par la justice divine bien que la justice des hommes n’ pas pu les inculper, parce qu’ elle n’a pas de preuves pour pouvoir démontrer qu’ ils ont commis ce délit d’ escroquerie.
L’ homme ici-bas est laissé à son propre sort et ne peut être que sécouru par Dieu, lequel connait la vérité.


Anmerkungen

Eigene Publikation

Ersteller des Eintrags
Aristhide Nyamsi
Erstellungsdatum
Sonntag, 27. März 2016, 22:21 Uhr
Letzte Änderung
Dienstag, 26. April 2016, 15:32 Uhr