Appel à communication pour le Frankoromanistentag Münster 2014: Renaud Lagabrielle et Timo Obergöker, "Interfaces en-chantées: chanson et film dans le cinéma francais" (Veranstaltungsprojekt)


Allgemeine Angaben

Projektbeginn
Donnerstag, 12. Dezember 2013
Status
laufend
Thematik nach Sprachen
Französisch
Disziplin(en)
Fachdidaktik, Medien-/Kulturwissenschaft

Aktiv beteiligte Person(en)

(z.B. Kooperation, Mitarbeiter, Fellows)

Renaud Lagabrielle


Exposé

Le succès remporté auprès du public comme de la critique par On connaît la chanson d’Alain Resnais en 1997 peut être considéré comme la marque de la résurgence de films français dans lesquels la chanson joue un rôle central. De fait, alors que depuis la fin des années 1950, de tels films occupaient une place tout à fait marginale dans la production cinématographique, depuis la fin des années 1990, plusieurs films importants dans lesquels la parole parlée alterne avec la parole chantée sont sortis sur les écrans.
Quelques-uns de ces films ont connu un certain succès – l’on pense à Huit femmes, aux deux films de Christophe Honoré, Les chansons d’amour et Les Bien-Aimés ou encore à Jeanne et le garçon formidable, qui revisitent le film musical « à la française » dans la tradition de Jacques Demy, mais aussi aux biopics de chanteurs et de chanteuses (La môme, Gainsbourg, vie héroïque ou encore Cloclo) ou à des films dans lesquels des (personnages de) chanteurs/chanteuses et/ou des chansons jouent un rôle central : Les choristes, Podium, Quand j’étais chanteur, Stars 80 ou encore Jean-Philippe, pour n’en citer que quelques-uns. Mais un certain nombre continuent d’être mal connus, de la part du public, et méconnus, de la part de la critique universitaire : souvent réunis sous l’appellation « comédie musicale », ils demeurent par là associés à la culture populaire – Hollywood, comédies grand public et chanson –, ce qui semble les rendre peu dignes d’être l’objet de la recherche universitaire.
La section veut prendre le contre-pied de cette (dé)considération et montrer la richesse et la complexité des films musicaux, qui, à la croisée des études cinématographiques, de la musicologie et de l’histoire culturelle, représentent un formidable objet d’étude interdisciplinaire. Cette richesse et cette complexité, desquelles la présence de chansons participe de manière essentielle, se manifestent aussi bien au niveau esthétique et narratif qu’au niveau thématique. Si le choix d’intégrer des chansons dans le récit filmique correspond parfois à une volonté de donner de la légèreté au film, ceci ne signifie pas que les films musicaux ne proposent par définition que des sujets simples de manière simpliste – ce qui leur a souvent été et est souvent reproché. De nombreux films semblent au contraire avoir pour maxime cette déclaration de Jacques Demy, qui « vou(lait) qu’on accepte cette légèreté mais qu’on ne la prenne pas à la légère » (cité in C. Taboulay, Le cinéma enchanté de Jacques Demy, Paris 1996, p. 93).
La section se propose de travailler sur la période allant des Parapluies de Cherbourg et des Demoiselles de Rochefort, films avec lesquels Demy, après René Clair, a établi le genre du film de comédie musicale en France, en devenant la référence incontestée, à aujourd’hui. Ceci nous permettra notamment de voir comment aussi bien l’esthétique des films de Demy que de nombreux thèmes qui y sont abordés – de l’amour à la mort en passant par des événements historiques, les inégalités sociales et des questions liées aux identités sexuées et sexuelles – se retrouvent, sous des formes plus ou moins explicites, dans des productions plus contemporaines, qui les reprennent, les transforment, les élargissent. Mais aussi de nous pencher sur des films dans lesquels la chanson joue certes un rôle important, mais dans des contextes diégétiques et des formats esthétiques n’ayant rien à voir avec Demy.

D’où le large éventail de questions qui pourront être abordées :
- Relations entre chansons et récit (niveau narratif et esthétique)
- Chanson et film, mémoire collective et le patrimoine culturel
- Questions de musicologie: typologie des chansons, aspects musicaux
- Mémoires cinématographiques: intertextualité, références (tradition américaine notamment), filiations
- Répercussions des moments chantés sur le jeu des acteurs et des actrices, questions de la performance
- Questions liées aux (constructions de) stars, notamment dans les biopics
- Des questions de (trouble dans le) genre: féminité, masculinité, androgynie, désirs
- Paratexte, politique culturelle, politique éditoriale
- Aspects historiques questions d’histoire culturelle – comme la présence de la Guerre d’Algérie dans Les Parapluies de Cherbourg, le gaullisme dans Les Demoiselles de Rochefort etc.
- Réception

Cette section s’adresse donc aussi bien aux chercheurs et chercheuses en études filmiques qu’aux musicologues mais aussi aux historiens et historiennes, aux linguistes, aux sociologues et aux didacticiens et didacticiennes.

Une publication des actes du colloque est prévue.

Veuillez adresser vos propositions de communication au plus tard le 31 janvier 2014 à
renaud.lagabrielle@univie.ac.at ET à t.obergoeker@chester.ac.uk


Anmerkungen

keine

Ersteller des Eintrags
Renaud Lagabrielle
Erstellungsdatum
Mittwoch, 18. Dezember 2013, 06:36 Uhr
Letzte Änderung
Mittwoch, 18. Dezember 2013, 06:36 Uhr