L’objectif du numéro 25 de la revue Lexique, à paraître en décembre 2019, est de proposer des études linguistiques et pluridisciplinaires sur et autour du mot ok dans les langues. Ce mot, considéré tantôt comme un marqueur discursif (Condom, 2001), tantôt comme une unité linguistique privilégiée en tant que « marqueur de projet » (Bangerter et Clark, 2003), a été beaucoup moins étudié que des mots comme voilà en français (Bergen et Plauché, 2001 ; Col, Danino & Bikialo 2019), ou well en anglais (depuis Schiffrin, 1987).
D’après Read (1963), ok serait apparu pour la première fois dans l’édition du 23 mars 1839 du Boston Morning Post. Son apparition en français serait contemporaine, du moins est-il attesté à l’écrit dans la base de données Frantext en 1845. Utilisé aujourd’hui dans un grand nombre de langues, aussi bien à l’oral qu’à l’écrit, il n’occupe cependant pas les mêmes fonctions : marqueur d’accord en français, marqueur qui sert à clore un topic conversationnel en anglais, ok semble jouir de rôles très divers, et qui se rapprochent en français de ceux qui sont joués par des mots comme d’accord, sans jamais entièrement s’y substituer. Ok n’est également pas employé avec la même fréquence dans toutes les langues : très utilisé à l’oral en français, il l’est par exemple beaucoup moins en espagnol d’Espagne, où il est concurrencé par vale.
Dans ce numéro, nous cherchons à comprendre le développement de ok et l’expansion que ce mot connait aujourd’hui. Sera ainsi accueilli tout article qui tente de cerner les contours syntaxiques, sémantiques et pragmatiques de ok à partir de données écrites, orales et/ou multimodales de n’importe quelle langue. La recherche présentée pourra relever de plusieurs disciplines (linguistique, psychologie, acquisition/apprentissage des langues, informatique), ou de théories linguistiques différentes. L’originalité du numéro sera de présenter des points de vue croisés, issus de disciplines et de théories variées, sur un objet à la fois simple et complexe.

Bibliographie indicative :
Bangerter, A. & Clark, H. H. (2003). Navigating joint projects with dialogue. Cognitive Science, 27, 195–225. https://doi.org/10.1207/s15516709cog2702_3
Beach, W. A. (1993). Transitional regularities for “casual” “Okay” usages. Journal of Pragmatics, 19, 325–352.
Bergen, B. & Plauché, M. (2001). Voilà, voilà : Extensions of Deictic Constructions in French. In A. Cienki, B. J. Luka, M.B Smith (Eds.), Conceptual and Discourse Factors in Linguistic Structure (pp. 45-61). Stanford: CSLI Publications.
Col, G., Danino, C. & Bikialo, S. (2019). Polysémie, usages et fonctions de « voilà ». Beihefte zur Zeitschrift für romanische Philologie, 427, Berlin, New York : Edition De Gruyter.
Condom, S. (2001). Discourse ok revisited: Default organization in verbal interaction. Journal of Pragmatics, 33, 491-513.
Huddlestone, K. & Fairhurst, M. (2013). The pragmatic markers anyway, okay, and shame: A South African English corpus study. Stellenbosch Papers in Linguistics Plus, 42, 93-110.
Metcalf, A. (2011). OK: The Improbable Story of America’s Greatest Word. Oxford: Oxford University Press.
Read, Allen W. (1963). The first stage in the history of O.K., American Speech 38(1), 5-27.
Schiffrin, D. (1987). Discourse markers. Cambridge: Cambridge University Press.

Modalités de soumission des articles :
La taille des articles sera entre 35.000 et 50.000 signes (espaces compris).
Langues des articles : français ou anglais.
Envoi des articles aux deux adresses suivantes :
gilles.col@univ-poitiers.fr
juliette.delahaie@univ-lille.fr

Date limite de réception des articles : 15 juin 2019
Réponse des relecteurs (double relecture anonyme) : 15 septembre 2019
Date d’envoi final après éventuelles modifications : 15 octobre 2019

Beitrag von: Britta Thörle

Redaktion: Christoph Behrens