Stadt: Erlangen

Frist: 2017-11-30

Beginn: 2018-04-05

Ende: 2018-04-06

Le français et les femmes

FAU Erlangen-Nürnberg, 5 et 6 avril 2018

Dès l’Antiquité, un «langage» spécifique aux femmes a été reconnu comme topos et a fait l’objet de différentes descriptions, cf. p. ex. le Dictionnaire Caraïbe-Français (1665) de Raymond Breton, où «la lettre f. marque [que] le mot qui suit est du langage des femmes». Toutefois, l’existence d’un tel «langage» n’a, à ce jour, pas été discutée de manière systématique (cf. les synthèses de Schlieben-Lange/Jungbluth 2001 et Ayres-Bennett 2004), le peu d’études du «langage des femmes» ayant soit tendance à trop généraliser, soit à s’y opposer foncièrement.

Partant de ce constat, le présent colloque replace le «langage des femmes» au centre de l’attention et vise à étudier l’existence de potentielles corrélations entre les rôles socio-culturels des femmes en tant qu’actrices dans divers contextes et leur comportement langagier dans ces mêmes contextes.

L’étude de telles corrélations doit s’affranchir de l’idée admise à une certaine époque selon laquelle «les femmes» formeraient un groupe homogène clos, caractérisé uniquement par le critère définitoire de la «féminité». L’analyse invite de facto à adopter une perspective plus différenciée qui prendra en compte les différents contextes diastratiques et diaphasiques tout en s’interrogeant sur les rapports possibles entre l’évolution des perceptions des rôles attribués aux femmes dans la société et les attentes suscitées à cet égard (cf. Langenbacher-Liebgott 1997: 58).

Le colloque privilégiera les approches traitant de l’interaction entre les rôles spécifiques que les femmes ont pu avoir à certaines époques de l’histoire de France et leur contribution à l’évolution de la langue française, selon un éclairage diachronique. Ce faisant, il importera de «recontextualiser» (cf. Oesterreicher 1998) les faits, en intégrant la situation de communication dans les analyses, i.e. les conditions de vie spécifiques des femmes à une époque donnée, les rôles qu’elles ont exercés dans la société, et les structures organisationnelles tant dans la vie professionnelle que dans la vie privée.

Sans être exhaustives, les pistes d’analyse suivantes pourront être développées:

  1. les études centrées sur les écrivaines (p. ex. Eléonore d’Aquitaine, dont le fils écrivait en occitan; Marie de France; Catherine de Médicis; Marguerite de Navarre; Christine de Pizan etc.) afin de dégager les rapports possibles entre la conception des rôles sociaux et le processus d’écriture;
  2. le français en tant que langue seconde (p. ex. Lieselotte von der Pfalz; Isabeau de Bavière; Catherine de Médicis; Marie Antoinette);
  3. le rôle de la femme pour / dans les textes grammaticographiques / prescriptifs (cf. les grammaires de dames; cf. Sanson 2014);
  4. la promotion d’un bon usage dans les salons tenus par des femmes cultivées (cf. Mme de Rambouillet) ou des femmes nobles comme Mme de Sevigné, Mme de Maintenon ou bien Mme de Sablé; mais également la participation des femmes dans des discours métalinguistiques (Marie Le Jars de Gournay; Marguerite Buffet);
  5. l’importance croissante du style orné-artificiel au cours de la deuxième moitié du XVIIème siècle et l’influence des Précieuses sur le français (cf. la critique de Molière dans Les précieuses ridicules, 1659);
  6. l’existence de liens entre les contextes diastratique et diaphasique et certaines spécificités langagières des femmes (p. ex. dans les variétés du français écrit et / ou du français parlé) ou certains éléments novateurs vs. conservateurs du «langage des femmes»;
  7. l’influence exercée par certaines attentes concernant les rôles dans le domaine de l’onomastique (cf. tendances concernant le choix d’un prénom), la féminisation des noms de métiers, des titres et / ou des fonctions.

Les propositions de communication (20 minutes + 10 minutes de discussion) ne doivent pas excéder une page (bibliographie comprise) et seront adressées par courrier électronique aux membres du comité d’organisation jusqu’au

30 novembre 2017.

Adresses électroniques des membres du comité d’organisation:
silke.jansen@fau.de (Silke Jansen)
ludwig.fesenmeier@fau.de (Ludwig Fesenmeier)

Bibliographie
Ayres-Bennett, Wendy (2004): Sociolinguistic Variation in Seventeenth-Century France, Cambridge: Cambridge University Press.
Breton, Raymond (1999/1665): Dictionnaire Caraïbe-Français. Nouvelle édition sous la responsabilité de Marina Besada Paisa, Paris: Karthala/IRD.
Finotti, Irene/Minerva, Nadia (éds.) (2012): Voix Féminines. Ève et les langues dans l’Europe moderne, cahier thématique de Documents pour l’Histoire du Français Langue Étrangère ou Seconde 47/48.
Langenbacher-Liebgott, Jutta (1997): «Wenn Frauen sprechen… – Analyse von Gesprächsstil und Gesprächsverhalten von Frauen in fiktionalen Texten», in: Dahmen, Wolfgang et al. (éds.): Sprache und Geschlecht in der Romania, Tübingen: Narr, 43-61.
Oesterreicher, Wulf (1998): «Textzentrierung und Rekontextualisierung: Zwei Grundprobleme der diachronischen Sprach- und Textforschung», in: Ehler, Christine/Schaefer, Ursula (éds.): Verschriftung und Verschriftlichung. Aspekte des Medienwechsels in verschiedenen Kulturen und Epochen, Tübingen: Narr, 10-39.
Sanson, Helena (2014): «‘Simplicité, clarté et précision’: Grammars of Italian ‘pour les Dames’ and Other Learners in Eighteenth- and Early Nineteenth-Century France», in: Modern Language Review 109, 593-616.
Schafroth, Elmar (2013): «La féminisation des noms de métier et des titres dans trois langues romanes (français, italien, espagnol): convergences et divergences», in: Karyolemou, Marilena/Pavlou, Pavlos (eds.): Language Policy and Planning in the Mediterranean World, Newcastle upon Tyne: Cambridge Scholars Publishing, 103-120.
Schlieben-Lange, Brigitte / Jungbluth, Konstanze (2001): «Sprache und Geschlechter», in : Holtus, Günter/Metzeltin, Michael/Schmitt, Christian (éds.): Lexikon der Romanistischen Linguistik. Vol. I, 2, Tübingen: Niemeyer, 331-348.

Beitrag von: Ludwig Fesenmeier

Redaktion: Marcel Schmitt